Conseils – Formations – Retours d’expériences

– Conseils

– Formations

– Retours d’expériences

Préparer son voyage

Santé en voyage : Médicament et suivis médicaux, comment faire ?

La santé en voyage au long cours, c’est un point qui inquiète de nombreuses personnes. Encore plus lorsque l’on voyage avec des enfants.
Et c’est bien normal, on est responsable de la « bonne santé » de son équipage. Et un gros problème pourrait gâcher tout le voyage.

Alors, lorsque l’on parle santé en voyage, en général on pense d’abord aux divers accidents qui pourraient arriver…
Mais cela comprend aussi toutes les maladies plus classiques (hypertension artérielle, grippe, anémie, diabète ou même caries …)

Certains ne lèverons jamais l’ancre à cause de tout cela, cette inquiétude qu’une fois loin de tout, tout peut arrivé, et on ne pourra rien y faire…

Pourtant, c’est faux !

On peut faire quelque chose.

Quoi ?

Se préparer en conséquence, tout simplement !

Je ne parlerais pas des assurances dans ce premier article sur la santé en voyage.
Pourquoi ? Tout simplement parce que nous n’en avons pas actuelement !

Je sais pourtant que c’est un sujet qui intéresse beaucoup. D’ailleurs, il nous intéresse également, nous aimerions en trouver une qui corresponde à nos projets et à des prix abordables.
Pour l’instant ce n’est pas le cas, mais il est donc probable qu’un article à ce sujet précis verra le jour par la suite.

cachet comprimé, santé

Se préparer, se former à « la santé en voyage »:

La première étape pour assurer la santé de son équipage en voyage, sera donc de se renseigner et éventuellement se former dans ce domaine.

Pour vous informer et vous préparer, vous pouvez déjà commencer par faire des recherches sur internet. Par exemple, lire des articles sur le sujet, comme celui que vous êtes en train de lire actuellement.

Ensuite, vous pouvez obtenir des renseignements plus précis, pour qu’ils soient plus adaptés à vos projets en vous adressant directement à des organismes dont c’est le travail, comme le Centre de consultation médicale maritime du CHU de Toulouse.
Ils pourront d’une part, vous conseiller sur vos préparatifs, d’autre part c’est eux qui interviendront généralement dans le cadre de consultations à distance, où que vous soyez dans le monde (par téléphone satellite le plus souvent).
→ Pensez à imprimer leurs fiches de contact et à les afficher dans votre bateau. Cela vous simplifiera la tâche en cas de nécessité.

Plus tard, si vous pensez qu’il est mieux pour vous d’avoir une vraie formation dans ce domaine, alors renseignez-vous auprès des centres de formation spécialisés, comme celui de Médidistance.
Nous n’avons jamais testé leurs formations personnellement, mais nous n’avons entendu que de bons retours.

personnel de santé

Trouver des structures de santé en voyage

On trouve des structures de santé dans quasiment tous les endroits du monde (sauf les endroits inhabités).

Elle sont plus ou moins « bonne » selon si on compare à la France métropolitaine, mais elles ont toutes le mérite d’exister.
Notez qu’elles sont plus ou moins onéreuses aussi. Mais beaucoup de pays ont, comme la France, des services de soins pour ceux qui n’ont pas de moyens financiers.

Ainsi, même dans les pays anglo-saxons, je pense plus particulièrement à l’Australie et la Nouvelle Zélande que nous connaissons mieux, où les services de santé ont la réputation de coûter très cher, on peut trouver des organisme qui proposent des soins gratuits ou à très faible coût (mais il faut bien chercher).

Si vous avez besoin de structures spécifiques à votre état de santé (dialyse, radiothérapie, chimiothérapie…), vérifier où on peut les trouver avant votre départ. Il est probable que votre itinéraire de voyage sera a faire en bonne partie en fonction de cela.

dispensaire de Makemo - santé en voyage
Dispensaire de Makemo, dans l’archipel des Tuamotu

Exemple de la Polynésie Française :

En Polynésie française, les grosses installations de santé sont assez semblables en qualité aux installations françaises.
Malgré tout, réparties sur un immense territoire comptant 118 îles, vous imaginez bien qu’on ne trouve pas un hôpital si facilement.
Pour tout dire, il n’y en a que sur les îles de Tahiti, Moorea et Raiatea et Nuku Hiva (aux Marquises).

Sur les autres îles, vous trouverez des dispensaires. Plus ou moins équipés. Avec parfois un médecin, d’autre juste un infirmier, et d’autres encore seulement un auxiliaire médical.

Toutefois ce sont généralement des personnes qui ont l’habitude de ce travail, dans des conditions pas toujours facile. Qui plus est, la téléconsultations de médecins à distance se développe dans de nombreuses îles.

Et pour finir, il existe des dispositifs d’évacuation sanitaire par avion ou hélicoptère vers l’hôpital de Tahiti pour les cas les plus grave.

Pour les Français, la plupart de ces soins sont gratuits ou remboursés au même taux que la France, pour peu que vous fassiez suivre tous les documents à votre sécurité sociale 😉

Le cas de notre petite Elyanne, diagnostiquée asthmatique depuis ses 2 ans.

En tant que Polynésienne catégorisée en « affection de longue durée » (carnet rouge), elle bénéficie du remboursement de tous ses médicaments et visites médicales liées à sa maladie, pour le moment.

elyanne asthme - structure de santé en voyage

C’est-à-dire concrètement :
– Si on est résident dans une île, l’évacuation sanitaire pour consulter le Pneumologue à Tahiti est remboursée.
– Pour ses médicaments, qu’elle doit prendre tous les jours, ils nous sont délivrés pour 3 mois.
Sur les îles où il n’y a pas de pharmacie, nous passons au dispensaire avec son ordonnance, et au prochain avion « 3 mois de médicaments » nous sont livrés.
Il faut quand même anticiper un peu, parfois il y a des retards, mais on peut demander à être livrés sur l’île suivante de notre voyage.

Exemple d’une grossesse en Australie – Nouvelle-Zélande

En 2014, alors que nous venions d’arriver à Sydney en Australie, j’ai découvert après avoir eu le mal de mer pendant toute la navigation (ce qui n’est habituellement pas mon cas) que j’étais enceinte.

grossesse en voyage en voilier

J’ai donc fait ma première visite de contrôle avec pris de sang et tout, dans un hôpital de cette belle ville. Et donc oui, je peux vous confirmer que les soins médicaux là-bas coûtent cher !
200 AUD, la visite + 200 AUD d’analyse…
Il va peut-être falloir réfléchir un peu plus avant la prochaine consultation, sinon la caisse de bord va en prendre un coup !

Les prochaines visites se feront 2 mois plus tard en Nouvelle-Zélande cette fois.
Après m’être un peu plus renseigné, j’apprends qu’il est possible d’être entièrement suivi par une sage-femme. C’était mon premier bébé, je n’avais pas encore d’idées des procédures.

Je me débrouille donc pour trouver une sage-femme à un endroit central de notre périple en Nouvelle-Zélande, afin de consulter la même à chaque fois. 3 mois, donc 3 visites.
20 NZD la visite cette fois, donc la caisse de bord est sauvée !
La sage-femme est géniale et très à l’écoute.
Les conseils donnés pour bien vivre sa grossesse sont assez différents de ceux de la France, c’est surprenant au début, mais ça permet d’avoir une vision moins fermée de la santé en général.

L’accouchement se fera de retour en Polynésie française, c’est plus simple au niveau des procédures qui sont les mêmes qu’en France (pour la prise en charge aussi)
C’est plus rassurant aussi pour moi d’avoir la famille à côté, même si je regrette un peu l’accouchement dans l’eau que m’avait proposé ma sage-femme néo-zélandaise.

A priori, il est possible de se faire rembourser les frais médicaux engagés au taux français (donc dans une petite mesure, mais c’est déjà ça). Toutefois, il aurait fallu anticiper et faire compléter et signer les formulaires spécifiques aux médecins et sages-femmes lors des visites.
Je ne l’avais pas anticipé, mais on le saura pour la prochaine fois.

Les médicaments en voyage

Les grands classique : paracétamol, ibuprofène, Spasfon, (vermifuge et anti-poux aussi, avec les enfants on en utilise plus fréquemment qu’on ne le souhaiterais) se trouve vraiment n’importe où et il n’y a pas besoin d’ordonnance spécifique.

Toutefois, quand vous voyagez et que vous avez besoin de médicaments spécifiques, l’une des bases est bien entendu de garder avec vous l’ordonnance appropriée.

Pensez également à demander à votre médecin de mentionner le nom scientifique du médicament et de la molécule active sur l’ordonnance.
Et pourquoi pas, si possible, son nom dans la langue des pays que vous visiterez, ou au moins en anglais.

Il est étonnant de constater que dans la plus part des pays, contrairement à la France, on vous distribuera le nombre exacte de pilules ou cachet dont vous aurez besoin, pas une de plus !

Les maladies de longue durée

Vous pourrez vous procure un certains nombre de médicaments durant votre voyage, mais ce ne sera peut-être pas le cas pour tous.

Parlez-en avec votre médecin.

  • Comme dit au début de l’article, pensez à l’ordonnance avec les termes scientifique et éventuellement traduite en différentes langues.
  • Voyez avec lui la durée maximale du traitement qu’il peut vous prescrire, parfois vous pouvez ainsi avoir jusqu’à 1 an de médicaments.

Pour l’asthme d’Elyanne, ce sont des médicaments assez classique, mais nous faisons toujours en sorte d’avoir minimum 1 mois d’avance.

Nous en avons également discuté avec d’autres voyageurs, certains ont pu avoir l’ordonnance pour 1 an, mais la pharmacie n’a accepté de délivrer tous les médicaments en une seule fois que sur paiement comptant.

N’oubliez pas, même sans être en excellente santé, on a le droit de voyager et vivre ses rêves, même si parfois il faudra les adapter, il y a toujours des solutions.

La pharmacie de bord

Il est évident que la préparation de la pharmacie de bord est une étape importante de la préparation du voyage.
Elle est spécifique à votre équipage, elle dépend de son âge et de son état de santé.

Pour constituer une bonne pharmacie de bord, le mieux est de consulter :

pharmacie de bord pour le voyage en voilier
  • Votre médecin qui vous conseillera par rapport aux médicaments spécifique à votre état de santé,
  • Le centre de consultation médicale maritime, qui vous conseillera par rapport à votre voyage.

Vous pouvez également regarder notre liste « pharmacie de bord » dans nos 7 checks-listes téléchargeables. C’est celle que nous avions avant d’avoir les enfants, elle s’est pas mal complétée depuis par rapport à eux.

Contraception…

Ca ne concerne pas tout le monde, mais ça peu générer des situations inattendues !

Prévoyez vos contraceptifs en avance, je pense ici plus particulièrement à la pilule pour les femmes.
Vous pouvez aussi passer à l’Implanon, beaucoup plus facile à gérer en voyage (c’est ce que moi j’ai fait).

Pour l’anecdote :

bébé en voyage

Lors de notre départ en 2014, vers les îles Cook, Niue, Fidji… Je n’avais pas prévu de pilules en avance. Je suis donc allé me renseigner dans les différents dispensaires et hôpitaux de ces îles pour me procurer cette pilule bien utile.
Or, il semble que ce ne soit pas un mode de contraception classique dans ces lieux-là… et la seule pilule qu’ils avaient était, semble-t-il, un peu différente (je n’avais pas pensé à noter son équivalent anglais).
De plus il leur semblait peu indiqué de changer de contraceptif pour repasser ensuite à ma pilule habituelle.
Ils m’ont donc conseillé de passer au plus classique « préservatif », ce que nous avons fait.

9 mois plus tard notre charmante petite Elyanne est née.

C’est probablement la plus belle chose que j’ai rapportée de ce voyage, mais si avoir des enfants n’est pas prévu dans vos plans : anticipez et ayez ce qu’il vous faut à bord.

les vaccins obligatoires en voyage

Les vaccins

C’est un peu le « sujet qui fâche » à l’heure actuelle.

Ayez toutefois conscience que maintenant, encore plus qu’avant, il est important de vérifier quels sont les vaccins obligatoires à avoir dans les pays que vous avez prévu de visiter.
Vous prenez le risque sinon de ne pas pouvoir débarquer, voire même d’être renvoyé chez vous…

Vous pouvez lire à ce sujet l’article : Quels vaccins pour quels pays ? du site easyVoyage.

Les bases à ne pas oublier pour une bonne santé en voyage

Prendre soin de soi

C’est évident, mais il est toujours bon de le rappeler, prendre soin de soi aide à rester en bonne santé que l’on soit en voyage ou pas.

Prendre soin de soi, c’est a dire : bien manger, bien dormir, faire du sport …

bien manger pour être en bonne santé en voyage

Bien manger est parfois plus simple, parfois plus compliqué.
En voyage on rencontre souvent des cultures différentes, donc on varie facilement son alimentation. Par contre, parfois, on se retrouve entouré de produits que l’on ne connait pas. Il est alors difficile de choisir et de se lancer.

Bien dormir n’est pas toujours facile non plus. On pensera entre autres aux quarts de nuits ou a tous ces moments de veille : mouillage peu sûr, mauvais temps.
Penser aussi à faire des quarts de jours ! Ça permet au responsable du bateau de faire des siestes dans la journée s’il/elle n’a pas bien dormi la nuit.
Le sujet des quarts de nuits vous intéresse ? Lisez notre article : Faire les quarts de nuit ! Comment s’organiser ?

Faire du sport, ça, je dirais que c’est plus simple.
La mer regorge d’activités nautiques : plongée, paddle, kayak, voile, kite surf… Et de nombreuses personnes pratiquent aussi le yoga, le fitnesse ou la musculation à bord !

Se protéger

Et oui, un voyage en voilier s’est risqué, et il faut se protéger !

se protéger pour être en bonne santé

De quoi ?

Du soleil principalement !!!

En effet le cancer de la peau, quand on vie ou navigue dans les pays tropicaux est un danger à ne pas négliger.
Antonin s’est d’ailleurs fait opérer 2 fois pour cela l’année dernière !

Donc lycras, crème solaire, casquette, chapeau, lunette de soleil… pensez à prévoir ce qu’il faut pour tous les membres de l’équipage.

Se protéger des moustiques aussi !
Mieux vaut les mentionner, puisque d’après l’Institut océanographique de Monaco, c’est l’animal le plus dangereux au monde !
Et il faut avouer qu’on l’a rencontré bien plus fréquemment que le requin ou tout autre animal dit « dangereux ».

Antimoustique, citronnelle, ou tout simplement ne pas débarquer à terre au couché du soleil, sont des mesures assez simples à prendre, pour s’en protéger.

Les incidents/accident du bord !

C’est souvent ce qui inquiète le plus, même si c’est de loin le moins fréquent.

Pour cela, rien ne vaut une bonne préparation de l’équipage : règles de sécurités, entrainement…
Ainsi qu’une bonne préparation du voilier : matériel de sécurité, procédure d’appel en cas d’urgence…

→ Vous pouvez d’ailleurs retrouver tout cela dans notre formation en ligne « Un voilier prêt pour la grande aventure« .

Elyanne avec son gilet à la proue du voilier Phoenix

Et voilà !

Alors, rassuré ?

Si vous vous posez encore des questions à ce sujet, n’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires.

Partager l'article :
 
 
   

2 commentaires

  • Sandrine

    Coucou
    Super article,
    Je t’apporte un pti complément 😉
    – tu as oublié de citer l’hôpital de nuku-hiva aux marquises pour la Polynésie, il est conscequent avec même un scanner à disposition,
    – pour les ALD (affections de longue durée) comme ta petite miss, si la personne est domiciliée en France, la secu prend en charge le traitement ou que ce soit dans le monde mais à leur tarif. Par exemple une de nos équipières avait besoin d’un traitement spécifique avec ordonnance qu’elle pouvait obtenir a Panama car impossible de le prendre en avance pour des raisons de concervation. Il y avait les 1000€ du prix français pris en charge par la secu (oui aouch le vrai prix des traitements quand tu les connais) mais Panama lui le facturait 2000$ donc elle se retrouvait à devoir payer la différence de sa poche.

    • Mary & Anto

      Merci Sandrine, pour ce super commentaire qui apporte plein d’infos en plus. Je vais rajouter pour l’hôpital de Nuku Hiva 😉

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.