Conseils – Formations – Retours d’expériences

– Conseils

– Formations

– Retours d’expériences

Tuamotu

Comment naviguer dans les atolls et passes des Tuamotu, sans finir sur les cailloux ?

Coque éventrée, gréement en berne… cela signifie souvent la fin du voyage…

Des voiliers (ou autres navires), échoués sur un atoll des Tuamotu, on en entend régulièrement parler, et nous en avons nous-mêmes vu plus d’un.

Remettre le bateau en état suite à ce genre de mésaventure n’est pas toujours possible, en tout cas dans des prix raisonnables.

Pour tout vous dire, nous pensons à cela, parce qu’en ce moment nous sommes mouillés près de la passe Sud de Fakarava (Tumakohua, appelée aussi Tetamanu) et on peut en voir un juste à côté de nous, échoué sur le récif… c’est triste.

Alors comment naviguer dans les atolls des Tuamotu sans risquer son bateau ou sa vie ?

naviguer dans les atolls sans finir echoué comme ce voilier
Voilier échoué près de la passe Sud de Fakarava

Mais il faut le dire, les Tuamotus c’est un archipel très particulier.

  • Des îles très plates, a seulement quelques mettre au-dessus du niveau de la mer. Ainsi elles sont pour la plupart invisibles à plus de 10-15 miles de distance, parfois moins.
  • Peu habités et aménagés, voir totalement désert, nombreux atolls n’ont pas de lumières ou balises et aucun repère de nuit…
  • En plus de cela, pour les atolls qui ont des passes, le courant peut être très violent et atteint parfois 20 nœuds !
  • Puis une fois à l’intérieur, on trouve des centaines voir des milliers de patates de corail disséminé partout dans le lagon,
  • Et pour finir, pour ceux où l’on cultive la perle, on verra alors des bouées et des lignes (cordage tendu entre 2 bouées sur lequel sont suspendues des nacres, à 1, 2 ou 3 mètres sous l’eau…) essaimer un peu partout.

Vous comprendrez donc qu’il n’est pas facile d’y naviguer sans un minimum de précaution, que nous allons tenter de rassembler ici.

Atolls des Tuamotu

La navigation entre les atolls

On conseille souvent d’éviter de naviguer entre les îles de nuit. Même si nous l’avons fait régulièrement.
Il faut savoir que dans tous les cas ce n’est pas toujours possible, puisque certaines d’entre elles sont assez éloignées les unes des autres.

Nous effectuons alors une veille régulière. Que ce soit de jour comme de nuit.
Ayez en tête que par nuit noire et mer calme, on aperçoit la barrière de corail que quand on est déjà dessus !

Maintenant, deuxième point sur lequel on se pose souvent beaucoup de questions, ce sont les passes.

Les passes

Avant de nous engager dans une passe d’atoll, nous vérifions d’abord plusieurs points.

Déjà, si il y a une passe et si elle est praticable par notre voilier (suffisamment large et profondes).

Regardez aussi l’orientation de la passe par rapport aux vents dominants.

Comment savoir si une passe des atolls des Tuamotu est praticable ?

Pour cela on peut consulter les différents guides nautiques existants, mais en général ils ne recenseront pas tous les atolls des Tuamotus.

Nous, nous utilisons les Instructions nautiques du Shom.
En l’occurrence, le volume K11 « Îles de l’océan pacifique (partie centrale) ». Que vous pouvez trouver en vente entre autres sur le site « NauticWay ».

Il permet entre autres de savoir si la passe sera praticable avec votre voilier.
Par exemple nous espérions pouvoir aller à Taenga, mais il y a un seuil à 1,5 m au milieu de la passe. Avec nos 2m20 de tirant d’eau le passage n’est pas possible !

Cet ouvrage donne également des indications sur les heures de passage des passes, les alignements à prendre et les mouillages de l’île, mais ils ne sont pas toujours très détaillés.

atoll de Amanu

Les marées !

Autant dans la plupart des îles Polynésiennes, on ne se soucie guère des marées. En effet elle ne sont en général que d’une vingtaine de centimètre…

Petite parenthèse, je suis tombée récemment sur un article intéressant à ce sujet : Pourquoi les marée sont quasi nulle à Tahiti (et en Polynésie) .

Autant pour entrer et sortir d’un atoll des Tuamotu, c’est un point capital !

En effet les marées, en plus du remplissage du lagon par la houle (phénomène d’ensachage), peuvent provoquer des courants violents dans les passes.

Ils sont fréquemment supérieurs à 4-5 nœuds et peuvent parfois atteindre plus de 20 nœuds dans les lagons les plus grands (c’est parfois le cas à Hao).

Pour connaître les horaires de marées, on peut consulter différents sites, documents ou applications.
Ceux que nous utilisons le plus souvent sont :

Le site du Shom est le plus précis, mais « Marées dans le monde » ne diffère que de quelques minutes, et nous sommes rarement aussi précis dans notre passage des passes.

Calcul des marée pour naviguer dans les passes d'atolls

On ne trouve pas tous les atolls sur le site du Shom. Seulement Rangiroa, Fakarava, Makemo, Hao, Mururoa et Rikitea et Makatea.

Pour les autres on peut aussi utiliser un tableau correctif comme celui-ci :
Toutefois, je ne sais pas du tout d’où il vient, ce sont des amis, qui l’ont donné à des amis, qui nous l’ont donné….

Et n’oubliez pas malgré tout, faites toujours attention !
Par mauvais temps, même aux heures d’étale de marée, certaines passes s’avèrent impraticables.

Le mascaret

Légèrement différent du mascaret rencontré en rivière, il est toutefois dû au même phénomène.

naviguer dans les atolls quand il y a du mascaret, c'est risqué

En effet il est étroitement lié aux marées.

Quand le courant dans une passe est important et surtout face au vent, ils se créer des vagues déferlantes parfois assez grosses, à l’entrée de la passe (par courant sortant) ou dans le lagon (par courant entrant).

Quand naviguer pour entrer dans un atoll

Pour entrer, on visera généralement l’étale de basse mer. Cela garantit un minimum de courant sortant voir le début du courant rentrant.

Prévoyez un peu de marge, autant il est assez simple de calculer l’heure de sortie d’un lagon, autant il est toujours plus difficile de savoir à quelle heure on va arriver au suivant !

Surtout dans les Tuamotu, où on navigue souvent au près ou pile vent arrière… donc on tire souvent des bords !

Arrivée d'une navigation dans l'atoll de Amanu

Quand naviguer pour sortir d’un atoll

Là, nous, on est un peu moins exigeant. On vise l’étal de basse mer ou de haute mer, à 1 heure près.
En effet, le courant est plus souvent sortant qu’entrant (le lagon se remplit aussi avec la houle, on l’a déjà dit).
De plus, le courant entrant est rarement très fort.

Évitez quand même de sortir au plus fort du rentrant, il peut toujours monter à 5-6 nœuds.

La navigation à l’intérieur d’un atoll

Là encore, il est déconseillé de naviguer de nuit.
Et cette fois, on s’y tient nous aussi.

La plupart des atolls ne sont pas entièrement hydrographiés, donc on se retrouve avec des cartes toutes grises sans indications. Qui plus est, certaines cartes sont légèrement décalées (du moins dans les CM93).

Les cartes satellites

Pour pallier à cela, les cartes satellites sont vraiment un outil génial pour naviguer dans les lagons non sondés.
Cela permet de repérer la plupart des patates de corail et de définir ainsi des itinéraires plus sûrs.
Vous pouvez trouver ici un super tuto pour télécharger des cartes satellites lisibles par Open CPN tourné par Sailing Olena.

Dans tous les cas, on effectue tout de même toujours une surveillance visuelle du lagon, en effet les patates les plus petites ne sont pas visibles sur les cartes satellites, et certaines, à faible profondeur ne le sont pas non plus. Toutefois, les coraux, eux sont super claires, donc en général on les voies de loin, par contre ça fausse un peu la perception.

Une fois, nous sommes passés juste au-dessus d’une patate vue au dernier moment.
Et alors qu’il me semblait qu’elle n’était qu’à 2 mettre de fond (donc, gros stresse puisqu’on a 2m20 de tirant d’eau) le sondeur l’a indiquée à 6 m !

Nos conseils pour la navigation intérieur dans les atolls :

Pour bien voir les massifs coralliens, il faut une bonne visibilité donc :

  • un ciel dégagé,
  • le soleil haut dans le ciel (entre 10 h et 15h) de préférence dans le dos,
  • une personne de veille à l’avant du bateau.

Les points importants pour naviguer dans les atolls des Tuamotu

Et pour finir, un bref résumé des points importants à connaître avant de naviguer dans les Tuamotu, que ce soit dans ou hors du lagon :

  • éviter de naviguer de nuit,
  • toujours avoir une personne de quart (de jour comme de nuit),
  • se renseigner sur la praticabilité des passes,
  • se renseigner sur les heures de marée.

Et si vous avez des amis qui ont prévu de naviguer dans les atolls du Pacifique, partagez-leur cet article 😉

Bonnes navigations à tous !

Partager l'article :
 
 
   

2 commentaires

  • Jean-François

    Vraiment un très bon article , bien documenté. Merci à vous. Vos conseils sont très précieux. Bon vent…

    • Mary & Anto

      Merci Jean-François,
      On espère que nos conseils aideront d’autres navigateurs à profiter de leurs voyages.
      Bon vent à vous aussi 🌬

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.