Conseils – Formations – Retours d’expériences

– Conseils

– Formations

– Retours d’expériences

Préparer son voyage

Comment s’organiser pour rester longtemps dans un endroit isolé ?

Le lagon des Gambiers, isolé du monde
Anto avec vu sur lagon des Gambiers, avec Taravai à droite et Mangareva à gauche.

Nous venons de passer 5 mois enchanteurs dans l’archipel des Tuamotu-Gambiers. Notons aussi que cela fait 2 mois que nous n’avons rien publié sur le blog…

Pourquoi ?

Tout simplement parce que l’archipel des Tuamotu-Gambiers fait partie des endroits les plus isolés de notre belle planète (et aussi parce qu’on a pas toujours le temps de s’en occuper, on profite du voyage quand même, mais ce n’est pas le sujet du jour).

Qu’est-ce que j’appelle concrètement un endroit isolé ?

Ce sont des îles, des mouillages, souvent paradisiaques, où l’on ne trouve pas grand monde et pas grand-chose.
Il y a peu ou pas de magasins d’alimentation, peu ou pas d’installations médicales, pas souvent d’aéroport, peu ou pas d’internet, de téléphone, voire parfois pas d’habitants et de traces de vie humaine du tout…

À certains endroits, il manque juste un ou deux de ces éléments. Tandis que dans d’autres, il n’y a vraiment absolument rien.

Ça a un côté génial d’être isolé du reste du monde de cette manière.
Nous ne sommes plus touchés par ces phénomènes de société actuels.
On a l’impression de redécouvrir la vie comme elle est censée être, naturelle, non transformée, non cadrée…

Mais parfois, c’est aussi un peu compliqué.

Il faut quand même avoir de quoi manger. Et puis on est pas à l’abris d’un accident. Sans structures de soins, cela peut-être inquiétant.

Sans oublier, même si c’est potentiellement moins important : il peut être compliqué d’avoir des nouvelles de membres de la famille, d’amis et de faire certaines démarches administratives (on s’en passerait bien, mais il n’y a pas toujours le choix).

Alors, comment profiter aux mieux de ces moments coupés du monde ?

En les préparant, tout simplement.

Voilà pourquoi on va dès à présent partager avec vous, quelques astuces pour profiter un maximum de ces escales de rêves.

Sur un petit sommet à Akamaru longtemps isolé aux Gambiers
Mary, Elyanne, Nayel et papi à Akamaru (Gambiers)

Le plus important quand on est isolé de tout

Vous connaissez un peu la pyramide de Maslow ? Elle résume par ordre d’importance les besoins de tout être humain.

Et en premier, on retrouve les besoins physiologiques avec la respiration, la nourriture, l’eau…

C’est exactement ce dont on va parler a présent. Comment assurer vos besoins physiologiques !

Il vous faudra donc prévoir, avant de partir quelques jours/semaines/mois, dans un endroit isolé, de quoi boire et manger 😀

Mary dans la tour de guai de Aukena longtemps isolé aux Gambiers.

Pour cela, la solution la plus logique et la plus simple, c’est de faire de bons stocks avant de partir.

  • Pour l’eau, renseignez-vous pour savoir si vous en trouverez sur place.
    Sinon un bon système de récupération d’eau de pluie et/ou un dessalinisateur seront probablement nécessaire en plus des cuves et bidons présents à bord.
  • Pour la nourriture, prévoir en quantité le basique :
    Pâtes, riz, farine, conserves …

    Et aussi les petits trucs que vous adorez et qui sont parfois dur à trouver (oui, nous on voyage pour le plaisir).

Pour les produits secs, ce n’est pas trop compliqué. Pour le frais, c’est une autre histoire.

Il y a frigo, congélateur, conserves… Mais ce ne sera pas illimité. Il faudra ensuite vous contenter de ce que l’on trouve sur place.

Poisson, fruits de mer, noix de coco… Dans les Tuamotu, c’est assez réduit.

Aux Gambiers, on trouve aussi heureusement de nombreux fruits et légumes, donc nous n’étions pas vraiment au dépourvu de ce côté-là.
Mais nous étions bien contents d’avoir fait de bonnes réserves en produits de bases (farines, pâtes, huile, beurre) parfois en rupture de stock dans les magasins.

Pensez à préparer une bonne liste détaillée, ça aide à ne rien oublier 😉
Note de l’auteur : on retrouve un exemple de liste à télécharger dans notre formation « Un voilier prêt pour la grande aventure« 

N’oubliez pas également les produits non nécessaires aux besoins vitaux, mais quand même bien utiles dans la vie de tous les jours :

Produits d’hygiène et d’entretien, gaz, essence, gasoil…

Une plage longtemps isolé des Gambiers.
Petite plage tranquille de Aukena (Gambiers)

La santé

Le deuxième point qui est important lorsqu’on est isolé du monde, c’est la santé bien sûr.

On est jamais à l’abri d’un accident.

Vous savez comme nous qu’on ne peut pas tout prévoir, bien entendu, il faudra donc faire au mieux.

Nayel ramasse une noix de coco aux Gambiers.

Les points clefs d’une bonne préparation :

  • Avoir une pharmacie de bord la plus complète possible (adaptée à votre destination et aux membres de votre équipage).
  • Étudier les points d’évacuation éventuels en cas d’accident grave.
    Qui contacter sur l’île, y a-t-il un médecin ou un dispensaire.

Et le basique : être en bonne santé avant le départ !

Vous pouvez aller voir un médecin, un dentiste… avant de partir pour faire un bilan. Et en profiter pour vous faire prescrire ce qu’il manque dans la pharmacie de bord.

N’oublier pas de bien manger, avoir une bonne hygiène de vie et éviter les risques inutiles pendant le voyage. Cela réduit considérablement les risques de maladies ou d’accidents.

Le Phoenix longtemps isolé aux Gambiers.
Phoenix avec Mangareva (Gambiers) en fond

Les communications

Ça ne nous semble parfois pas capital, mais c’est un point qui compte de plus en plus dans notre monde moderne.

Ainsi, si vous aimer prendre et/ou donner régulièrement des nouvelles à votre famille, de vos amis, il va falloir penser aux moyens de communication.

Sans oublier le côté sécurité, ce serait quand même bien de pouvoir avoir un bulletin météorologique assez régulier et de pouvoir contacter quelqu’un en cas de problème.

Ainsi, vous pouvez d’abord vérifier si il y a un réseau téléphonique ou Internet, là où vous souhaitez aller.

Ensuite, si ce point est compliqué, vous pouvez vous munir d’un téléphone satellite.
Il existe maintenant de nombreuses formules, et même si elles sont plus onéreuse que les forfaits téléphonique classique, leurs tarifs sont malgré tout abordable.

Sachez que si vous allez sur une île habitée mais peut connectée au monde moderne, vous devriez par contre être mieux pourvu côté radio pour compenser. Un certains nombre d’habitants auront alors une VHF chez eux.

Et n’oublions pas que vous ne serez peut-être pas le seul voilier présent !

Comme vous pouvez le voir juste en dessous, aux Gambier, nous étions loin d’être toujours seuls.

Taravai aux Gambier n'est pas  longtemps isolé
Taravai, une petite île pas si isolée les dimanches BBQ.

Grace à cela, vous pourrez au moins récupérer des informations météo, par VHF ou directement sur les ondes radio locale.

Et si malgré tout, il n’y a rien de tout cela. Comme c’est le cas dans nombre d’îles inhabitées. Et bien vous en profiterez pour vous déconnecter totalement du monde extérieur.
C’est parfois très déstabilisant au début, mais au final ça fait un bien fou.

Le Phoenix longtemps isolé près d'un motu, donc feu de camps.
Elyanne devant notre feu de camps sur le motu Tauna (Gambiers)

Ce qui compte le plus au final lorsque l’on est longtemps isolé

Au fond, le plus important dans tout ça, pour profiter vraiment du séjour, c’est de lâcher prise sur tout ce qu’on ne peut pas contrôler.

Il n’y a plus de crème fraiche et de fromage (c’est notre cas au moment où j’écris ces ligne, aux Gambiers, et pour moi ça compte beaucoup;))
On peut faire sans (même si ça me manque vraiment)
Ou remplacer par autre chose (du lait de coco dans le cas présent).

Mais si vous avez des enfants, veiller quand même à avoir un bon stock de pâtes. Sinon vous risquez la mutinerie.

Si vous avez décidé d’aller là-bas. C’est pour en profiter, par ce que vous en aviez envie.

Donc une fois partis, quand vous ne pouvez plus rien y changer, ne vous préoccupez plus du reste du monde !

Profitez du moment présent et vivez-le à fond;

C’est généralement dans ces endroits reculés qu’on peut le mieux le faire.

Se recentrer sur soi, sur sa famille, sur la nature.

Sur la vie, tout simplement.

Quelques photos de notre séjour aux Gambiers :

Partager l'article :
 
 
   

10 commentaires

  • Le Perff

    Merci pour toutes ces petites choses mais qui sont vraiment essentielles pour mieux s accaparer l endroit où nous sommes. Bien du bonheur à vous tous. PS notre fils rentre sur Narbonne après 2 années passées à Tahiti.🙏⛵

    • Mary & Anto

      Merci beaucoup, Patrick, pour ton commentaire. Et bon courage à votre fils pour ce grand changement 😉

  • jean claude calicchio

    Bonjour à toute cette belle famille,

    Que du rève avec vos commentaires…nous les partageons avec l’école de voile de 4éme cap…
    les photos sont magnifiques…je remplacerai bien volontier les exigences et contrantes des instances politiques dictatoriales pour un manque de crème fraîche et fromage…car en métropole j’ai l’impression qu’ une grande partie des gens sont lobotomisés…dans l’acceptation de tout…pour une sécurité ephèmére…
    loin des vrais valeurs liberticides…
    Grand merci pour vos conseils
    Bon vent affectueusement

    • Mary & Anto

      Merci Jean Claude, nous sommes ravis de savoir que nos articles sont partagés.
      Et oui, je suis bien d’accord. Même si certains produits nous manquent, nous sommes contents d’être loin des carcans de la société. Même si parfois ils nous rattrapent…

    • Mary & Anto

      Merci Philippe, j’espère qu’ils vous seront utiles. Et oui, nous essayons de profiter un max 😉

  • Bernard Peltier

    Merci pour cet article qui peut s’appliquer à toutes les destinations.
    Pour ma part j’utilise un iridiumGO, pour les communications. Pratique pour mails, téléphone et surtout météo.
    Je pense qu’il faut toujours s’imaginer que nous serons loin de tout, que ce soit pour une traversée ou un cabotage. Je suis resté coincé 3 semaines aux Baleares cet automne à cause du Méditerranéecane, et il fallait bien, étant hors période estivale, avoir de quoi « survivre ».
    Merci pour vos témoignages. Bon vent à vous.

    • Mary & Anto

      Merci Bernard, pour ton commentaire.
      Il est vrai que l’Iridium Go semble vraiment pratique. Nous hésitons encore à investir dans un téléphone satellite, mais si nous le faisons, je pense que ce sera pour celui-là.
      Et je confirme, il faut toujours mieux être bien préparé, quelle que soit la destination.

  • Vignaud

    Merci pour ces commentaires et photos je reste tres admiratif du choix de vie. Apres avoir baroudé dans des zones lointaines pour raisons professionnelles j imagine le bonheur que vous devez ressentir et partager avec vos enfants
    Vous avez absolument raison raison et raison
    Profitez bien de tous ces beaux espaces magiques
    Plein de bonheur

    • Mary & Anto

      Merci Vignaud pour ton commentaire. En effet nous sommes très heureux de partager la magie du monde avec nos enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.