Conseils et retours d'expériences d'une famille sur la mer.

Conseils et retours d'expériences d'une famille sur la mer.

7 points clefs pour un carénage réussi

Nous venons tout juste de finir notre carénage annuel. Bon, pour être franc, en l’occurrence ça faisait 2 ans que nous avions carénés. Comme nous naviguons peu, en ce moment, on repousse l’échéance.
Pourtant, un bon radoub, ça change tout.

Nous peinions à atteindre les 5 nœuds juste avant. Et ensuite, 6 nœuds faciles !

Une coque propre, sans parler du fait que c’est nettement plus joli, ça apporte un plus considérable au niveau des performances.

C’est pourquoi il est généralement conseillé de le faire tous les ans.

Si comme nous, faire votre carénage est toujours un peu pénible. Et que par conséquent vous voulez en finir au plus vite, mais sans rien oublier d’important.

Il faudra bien vous préparer.

Voici donc 7 points clefs pour un carénage réussit :

1- Lister les taches à faire :

Cette liste sera différente selon votre bateau, son état actuel et les nouvelles installations que vous prévoyez de faire.

Vous pourrez y retrouver les points suivants.

  • Nettoyage/ponçage de la coque,
  • Peinture de la carène : primer et antifouling,
  • Peinture de la coque, du pont,
  • Changement d’un ou plusieurs passe-coque,
  • Pose d’une nouvelle sonde pour le sondeur,
  • Changement des anodes,
  • Démâtage/vérification du gréement,
  • Changement du moteur …
       

N’hésitez pas à commencer à écrire votre liste dès maintenant, même si votre carénage n’est pas prévu pour tout de suite. Ainsi vous serez sûr de ne rien oublier.

Les outils carénage

2- Lister le matériel nécessaire :

Il est parfois intéressant d’acheter une partie du matériel nécessaire, avant la mise à sec, dans des magasins spécialisés.

Pour cela, établissez une liste du matériel dont vous aurez besoin pour votre carénage au moins une semaine avant. Il peut y avoir des délais d’approvisionnement.

Par exemple :

  • Papier à poncer pour orbitale Taille 60-120-180
  • Rouleaux, pinceaux, bacs de peinture
  • Peinture primer
  • Antifouling
  • Gans/masque/tenue de protection
  • Anode

3- Lister les intervenants extérieurs dont vous pourriez avoir besoin

Pour certains travaux spécifiques, vous aurez peut-être besoin de prendre des intervenants extérieurs :

  • mécanicien
  • soudeur
  • électricien
  • voilier
  • gréeur

Pour les travaux classiques de ponçage, peinture… la plupart des carénages ont des ouvriers spécialisés qui peuvent s’en charger.

4- Choisir le bon chantier naval

Puisque vous savez maintenant exactement ce dont vous aurez besoin pour votre prochain carénage, il vous sera plus facile de choisir dans quel chantier naval, vous allez aller.

Attention, la plupart demandent à ce que vous réserviez plusieurs semaines ou mois en avance !

Pour faire votre choix, listez d’abord les chantiers navals disponibles dans votre région.

Ensuite, renseignez-vous sur leurs tarifs. Les tarifs de manutention et le prix par jour à sec.

Pour un carénage simple (peinture de coque, antifouling), autant prendre le moins cher ou le plus proche de chez vous, selon ce qui vous arrange le plus.

Si vous avez prévu des travaux plus spécifiques (démâtage, changement moteur…), vérifiez que les moyens et/ou le personnel nécessaires soient disponibles à proximité.

On retire le safran

5- Être bien entouré 

Il n’est pas facile de faire son carénage seul. Ça prend du temps, ça demande beaucoup de travail. Et certaines manutentions sont quand même nettement plus simples à deux (ou plus).

Ainsi, si vous arrivez à avoir un/une ami(e) pour vous aider, ça simplifie pas mal les choses.

Mais très souvent, on trouve de nombreuses personnes compétentes et qualifiées sur un chantier naval. N’hésitez pas à faire appel à eux pour de l’aide et/ou des conseils. Même s’ils sont parfois onéreux, cela peut vous permettre de gagner beaucoup de temps et vous évitez de belles erreurs.

J’en parle en connaissance de cause ! Lors de notre dernier carénage, un ouvrier spécialisé nous a donné des conseils précieux pour refaire la peinture de notre coque (dilution, matériel utilisé, geste plus efficace…).
Grâce à lui, nous avons gagné du temps et eu un meilleur résultat.

6- Comment faire son antifouling 

Un incontournable du carénage, c’est la pose de l’antifouling ! Ça prend du temps, et l’on ne peut pas le faire quand le bateau est à l’eau.
Alors pas le choix, on y va :

5 étapes pour refaire son antifouling :

  • Nettoyage de la coque au karcher, ça gagne beaucoup de temps. La plupart des chantiers navals le proposent dans leur forfait de base.
  • Ponçage, le plus rébarbatif (pour moi : /). Pour que votre coque soit la plus lisse possible et que votre peinture adhère bien. Ça vous permet aussi de voir où votre coque est abimée (traces d’osmose, de rouille ou d’oxydation…).
  • Traitement de l’osmose/de la rouille… s’il y en a. Vous avez de la chance, il n’y en a pas ? On passe à la suite,
  • Pose du primer s’il y a besoin, souvent c’est le cas, faites des retouches là ou c’est nécessaire, c’est ça qui étanchéifie votre coque.
  • Pose de l’antifouling, deux ou trois couches en général, avec un délai de séchage de minimum 6 h entre deux couches (selon l’antifouling utilisé et la température extérieure).

En tout, comptez minimum 2 jours pour tout ça. Plus votre bateau est grand, plus c’est long !

7- Ce qu’il ne faut pas oublier de vérifier pendant qu’on est à sec

Oui, vous n’allez pas sortir votre bateau de l’eau tous les jours. Alors pour être sûr de ne pas être obligé de ressortir votre voilier dès la semaine prochaine, voici quelques points à vérifier tant que vous êtes à sec :

  • Les passe-coque,
  • L’hélice,
  • La liaison coque – quille,
  • Les sondes,
  • Les anodes,
  • Le safran

Et voilà, normalement vous êtes prêt pour votre prochain carénage !

Si certains points vous inquiètent, n’hésitez pas à nous poser des questions ou posez-les directement à votre chantier naval.
C’est une étape importante pour votre bateau.

Et comme je sais que vous n’êtes pas tous des débutants, je me permets de vous poser moi aussi une question 🙂

Pour la suite, nous envisageons sérieusement de passer a un système d’antifouling à ultrasons.
On pense à celui commercialisé par UltraSonic
Nous n’avons pas encore sauté le pas, parce qu’en dehors du prix, on ne trouve pas énormément de retours en termes d’efficacité.

Qu’en pensez-vous ? Vous aussi vous aimeriez essayer ? Certains d’entre vous ont testé ? Ou vous avez des retours ?

Bon carénage à tous !

Le Phoenix tout beau, tout propre, retourne à l’eau

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.